[FR – attention spoilers !] La Confrérie de la Rose – Young Elites 2 de Marie Lu

Il était une fois une fille qui avait un père, un prince et un groupe d’amis. Ils la trahirent, alors elle les détruisit tous.

Adelina Amouteru a souffert aux mains de sa famille comme de ses amis, une torture qui l’a mené sur le chemin de la vengeance. Connue comme le Loup Blanc, Adelina est devenue une menace. Dans l’espoir de construire sa propre armée, elle et sa sœur ont fuit Kenettra pour trouver d’autres Young Elites. Son but : frapper l’Inquisition, ces soldats qui l’ont presque tué.

Mais Adelina n’est pas une héroïne classique. Ses pouvoirs, nourris par la peur et la haine, grandissent jusqu’à devenir incontrôlables. Teren Santoro, le chef de l’Inquisition, veut sa mort. Et ses anciens amis, Raffeale et la Confrérie des Dagues veulent mettre fin à sa soif de vengeance. Adelina s’accroche au peu de lumière qui lui reste. Mais comment continuer à être bon quand son existence dépend de l’obscurité qui la nourrit ?

(résumé traduit par mes soins)

*

Donc si vous vous souvenez ou si vous avez lu ma critique du tome précédent, vous savez que j’ai adoré The Young Elites. J’ai passé un si bon moment que j’étais impatiente de me jeter sur la suite… et ELLE. NE. M’A. PAS. DÉÇU. La Confrérie de la Rose est une suite incroyable. Pleine d’action, de scènes de combat épiques, de nouveaux personnages, de nouvelles menaces et de nouveaux défis !

L’histoire reprend là où le tome précédent s’achève. Adelina et sa sœur sont à la recherche de nouveaux Elites dans le but de créer leur propre armée. Oui, oui, de nouveaux Elites et la création d’une nouvelle confrérie.

Ce tome est plus sombre que le précédent. Adelina n’est plus motivée par la culpabilité et la peur, mais la haine et la vengeance. Elle ne craint plus d’utiliser ses pouvoirs, de plus en plus incontrôlables. Elle est hantée par ses illusions. Tous ces moments où elle essaie de se raccrocher à la réalité… ils sont douloureux mes amis. Il est très douloureux de voir Adelina batailler ainsi avec elle-même. L’obscurité qui la mange de l’intérieur menace de l’engloutir, et Marie Lu le décrit d’une manière si magnifique. Dans La Confrérie de la Rose, Adelina ne craint plus qui elle est. Elle devient une leader et prend des Elites sous sa protection.

Parlons donc de ces nouveaux personnages et commençons par les deux pas-si-inconnus-que-ça. J’adore quand les auteurs font ça. Mentionner des personnages dans un bouquin, les introduire dans le second. D’abord, nous avons le mercenaire qui contrôle la pluie, Sergio. Puis, le garçon dont le prénom a donné naissance au mot magie, Magiano. Deux bonnes additions à l’histoire. Surtout, Magiano, soyons honnêtes ! Son pouvoir est génial et sa personnalité super marrante. C’est un joueur, charmeur, plein de répartie et de joie de vivre. C’est aussi le nouveau love interest de notre chère Adelina. Dès son introduction, j’ai hésité, j’ai eu peur de le détester (La perspective d’un triangle amoureux ne m’enchantait pas plus que ça.) mais… je me suis acclimatée à son charme et son humeur joviale. Il gravite autour de l’univers sombre d’Adelina comme un boule de lumière. Vraiment. C’est rafraichissant la façon dont il équilibre l’obscurité de notre héroïne. Adelina se sent bien auprès de lui, mais se débat contre son affection. J’ai trouvé que Marie Lu a bien su décrire ces moments/sentiments, et malgré sa présence, je n’ai pas senti la présence d’un triangle amoureux.

Et oui, notre prince préféré Enzo est de retour, mais il est différent, ramené de la mort sans son âme, et leur relation à peine explorée dans le tome 1 est ici complètement écrasée. Enzo semble n’être qu’un personnage secondaire, leurs interactions pas si nombreuses, mais j’ai la sensation que l’évolution de leur relation est une autre raison donnée par l’auteur pour nous faire comprendre comment Adelina va tomber dans le côté obscur de la Force. Vraiment, Adelina n’a pas de chance.

Maeve, la reine de Beldain (et ses frères), est un autre personnage introduit, aperçue dans l’épilogue de The Young Elites. Elle est coriace et courageuse. J’ai aimé sa relation avec Lucent, même si j’aurais souhaité la voir davantage.

Maintenant, à propos des têtes connues. Ah, Raffeale ! Peut-être sommes-nous censé le détester ou l’aimer, mais j’ai eu du mal avec ses actions dans cette suite. Je l’avais apprécié dans le tome 1 et j’ai adoré le voir jouer son rôle de consort dans ce livre. Je sais qu’il est motivé par son amour pour Enzo, sa volonté de protéger ce qu’il pense être juste et bon… pourtant, je ne sais pas… je ne lui ai peut-être pas pardonné sa trahison.

Teren ! Je voulais le voir davantage et en apprendre plus sur Guilietta, et mon vœu a été réalisé. Teren atteint un degré inégalé de folie dans ce tome. Le voir mené par ses émotions fait peur. Teren est fou amoureux de Guilietta. Il est aveuglé par cet amour, si bien qu’il ne voit pas arriver la vengeance d’Adelina. (Cette scène est horriblement bien exécutée.) J’ai adoré voir son combat, mais j’ai la sensation que son destin va mal se terminer. (En fait, face à leurs ambitions et la fin du tome, je pense que la plupart des destins sont en danger.)

J’ai eu du mal avec plusieurs éléments dans ce tome aussi. Violetta, d’abord. Je n’ai pas compris son rôle, à part celui de la petite sœur utile, même si j’ai aimé voir son côté vulnérable. Je sais qu’il s’agit de l’histoire d’Adelina, j’aurais juste aimé la connaître davantage. Un autre petit point négativo-positif : je me suis perdue parfois. Au cours de ma lecture, je n’ai cessé d’oublier quel était le réel, l’ultime but d’Adelina. Pourquoi veut-elle (brusquement ?) régner sur le royaume ? Oui, elle voulait son armé. Oui, elle voulait voir Teren et l’Inquisition souffrir. Elle voulait revoir Enzo. Pourtant, à un certain moment, je n’étais plus certaine de ce qu’elle voulait vraiment… du moins, jusqu’à la scène finale. Quand elle s’installe sur ce trône, quelque chose change en elle – je l’ai senti – et il est trop tard. J’ai compris comment ses choix l’avaient mené à cet endroit. A ce moment, Adelina se laisse engloutir par son côté obscur jusqu’à s’isoler.

Une chose que je craignais déjà à la fin du premier tome, et c’est fascinant de voir de quelle manière la haine et la peur l’ont changé en un monstre. C’est un aspect que j’apprécie dans cette trilogie – la façon dont l’auteur dépeint les conséquences d’émotions extrêmes. Je doute qu’une rédemption soit possible pour Adelina.

Pour conclure, la Confrérie de la Rose est une suite bien écrite, plus sombre et pleine d’action, aux enjeux plus importants. Je recommande cette série aux lecteurs fascinés par la construction de mondes complexes, aux fans de vilains et de superpouvoirs… et après cette fin, j’ai peur pour la suite. Vivement. Le. Prochain. Tome.

Young Elites, la Confrérie de la Rose est publié en France chez Castelmore : sortie le 21 avril 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s