Pensée n°28 – Quand il le faut, comment réduire le nombre de mots d’un roman ?

La fin d’un manuscrit, c’est l’occasion de fêter la liberté, n’est-ce pas ? (Non ? Même pas un petit peu. Oh… Ok.) Parfois, c’est le début d’un nouveau cycle créatif. Pour une fois, je voulais revenir sur quelques réflexions et tout ce que j’ai appris à chaque nouvelle étape de la rédaction. Et, pour éviter à mon cerveau de surchauffer, j’ai voulu pendant un mois partager ces pensées.

*

delete_28

A un moment au cours de la réécriture, il y a des fois où je me dis qu’il faut un peu réduire le nombre de mots de mon manuscrit (surtout quand il devient incontrôlable). Couper les longueurs superflues. Obtenir un peu plus de cohérence, de concision et créer un roman plus aéré.

Je consacre toujours une relecture finale à la réduction de mots, même si parfois, supprimer ce qu’il faut n’est pas facile.

Quels sont les éléments que je supprime ?

Les adverbes. En écriture, on conseille très souvent de se débarrasser des adverbes. Du coup, je fais toujours attention à leur présence pendant la relecture. Pourtant, j’apprécie leur utilisation, même quand ils s’enchainent les uns après les autres. J’essaie juste de les éviter quand ils entrainent une coupure du rythme ou lorsqu’ils surchargent le texte. Et, comme j’ai aussi tendance à beaucoup les employer, je tente de diminuer le nombre de participes présent (en partie pour les mêmes raisons).

Des passages trop confus. Souvent pendant la relecture, je me rends compte que certains passages sont mal placés ou trop confus. Ce sont des passages où j’aurais sans doute pu utiliser moins de mots pour dire la même chose. D’autres fois, ce sont des répétitions – il m’arrive de décrire des éléments de deux manières différentes ; ça peut être très embêtant pour la fluidité et la compréhension d’un paragraphe, d’une page, d’une scène. J’essaie donc d’éviter les structures de phrase trop confuses. Je remanie les longs paragraphes pour trouver de nouvelles façons (plus concises) de m’exprimer. Je condense les informations quand je le peux. Ces passages confus peuvent aller de la plus petite expression à la scène la plus compliquée.

Mes chéries. Se débarrasser de tous ces passages, scènes, personnages, etc. que je préfère, mais qui ne servent en rien l’intrigue, est une étape importante pour réduire le nombre de mots d’un manuscrit. Bien sûr toutes les chéries ne sont pas à couper. La plupart du temps, elles le sont quand elles correspondent à…

Des passages inutiles à la compréhension ou l’avancée de l’histoire. Quand je débute la relecture/réduction, je me pose cette question pour toutes les scènes du manuscrit : est-elle vraiment nécessaire pour faire avancer l’histoire ? En général, la réponse va dépendre :

  • de l’intrigue – tous les évènements servent-ils le cœur de l’histoire (la quête vers le but principal du récit) ou les intrigues secondaires ? comment ?

  • des personnages – chaque scène nous renseigne-t-elle sur un nouveau trait de caractère d’un personnage (façon de réagir à un événement, défauts, qualités, etc.) ? ses actions sont-elles en accord avec son but et ses motivations ? pourquoi ? toutes les scènes permettent-elles de comprendre l’évolution des personnages, sont-elles cohérentes vis-à-vis de leur quête ? comment les rapprochent-elles de leur(s) but(s) ? le passé des personnages n’est-il pas trop détaillé ?

  • de la description du monde – toutes les données partagées sur l’univers créé sont-elles nécessaires à la compréhension et la contextualisation de l’histoire ? tout est-il assez bien expliqué ? y a-t-il des éléments trop compliqués à expliquer ?

  • des dialogues – y a-t-il des parties de dialogue inutiles ? en quoi ne font-elles pas avancer l’histoire ?

En écriture, on dit que toutes les scènes doivent avoir une importance dans le déroulement de l’histoire. Une scène a un rôle et sert au développement des nœuds de l’intrigue. Personnellement, quand je relis, je me dis que toutes les scènes doivent faire une ou plusieurs choses :

  • nous apprendre quelque chose de nouveau – introduction d’un nouveau personnage, découverte d’une facette d’un monde (fonctionnement de la société, règle, loi, etc.), révélation sur le passé d’un personnage, etc.

  • exposer les conséquences d’une révélation – une confrontation entre deux points de vue (combat ou discussion entre deux personnages, etc.), réflexion d’un personnage, rétrospection sur un événement, choix des personnages…

D’un manuscrit à l’autre, j’essaie de ne pas refaire les mêmes erreurs, mais un premier jet sert à se laisser aller, non ? Alors j’expérimente sans me censurer. J’utilise autant d’adverbes que je veux, je laisse les répétitions s’installer et les scènes inutiles me glisser entre les doigts, parce que je sais qu’au final, j’y reviendrai pour supprimer ce qui ne convient plus. Je réduirai le nombre de mots pour obtenir un roman plus léger.

Je sais aussi que tout ce que je retire du manuscrit initial n’est jamais perdu. J’ai un réflexe. De la plus petite phrase au plus long chapitre, tout ce qui est retiré d’un manuscrit rejoint un fichier dédié. A la fin, ces éléments retirés d’une première version pourront toujours être réutilisés, réécrites ou intégrées plus ou moins à l’identique dans des suites, ou même d’autres projets.

Enfin, je sais qu’il y a probablement des éléments que je ne prends pas encore en compte pour bien réduire le nombre de mots d’un manuscrit, ou d’autres que je supprime en oubliant de les mentionner ici. Pour être plus effective lors de futures relectures/réductions, je continue à chercher de nouvelles techniques et, s’il le faut, je reviendrai sur cette pensée pour la compléter.

Et vous ? Quand cela est nécessaire, comment réduisez-vous le nombre de mots d’un manuscrit ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s